Journée internationale des droits de l'homme - Rencontre Interreligieuse

Bruxelles - Jeudi 10 Décembre 2015, à 18 heures les Églises de Scientologie pour l'Europe accueillaient dans leur Hall d'Information, transformé pour l'occasion en Hall d'Exposition sur les Droits de l'homme, des leaders religieux, des présidents et membres d'associations et des écrivains, à participer à une rencontre interreligieuse sur le thème « Droits de l'homme et religions ».


Les invités étaient accueillis autour d'un buffet et ensuite dirigés devant les écrans vidéo diffusant 30 spots d'information : les 30 articles de la Déclaration Universelle ainsi que le documentaire
« L’histoire des Droits de l'homme » et le clip vidéo « United ».

Une heure plus tard, les personnes passaient dans l'Auditorium transformé en salle de conférence. Agnès Bron, modératrice a présenté les sept intervenants leur donnant successivement la parole :

Sylvie, présidente de l’association des Jeunes pour les Droits de l'Homme, et scientologue, a déclaré « Les droits de l'Homme font partie de la Scientologie car la conviction que chaque individu a des droits inaliénables est au cœur même des croyances de notre religion et on les retrouve également dans le cadre du Code du Scientologue. »

Puis ce fut au tour de Jan, théosophe, qui dit considérer les droits de l'Homme par les termes « d'amour, de respect et d'unicité ». Il a insisté sur le fait que « pour chaque droit, il existe un devoir, une obligation ». Et de conclure que "Chacun doit se respecter car chacun est son propre législateur».

L'écrivaine Cécile a témoigné comment violée de ses droits élémentaires au travail, elle est sortie grandie de cette discrimination, se découvrant des ressources inespérées lui permettant de se battre pour ses droits jusqu’à la victoire finale.

Le Pasteur kimbanguiste qui avait fait le voyage depuis la France a déclaré que la doctrine de sa religion est fondée sur la déclaration même des droits humains, que la liberté est le principe inaliénable et fondamental du kimbanguisme et que leur optique est d'enseigner et d'éduquer ces droits. Il a également déclaré que "les droits de l'homme semblent humainement louables mais politiquement inapplicables."

L'écrivain Jean-Baptiste, fondateur de l'association "Eco-villages en Afrique" a présenté son dernier livre dans lequel il dénonce les violations des droits de l'homme dans son pays le Congo RDC, notamment la violence, mais aussi les solutions qu'il a trouvé pour tenter d'en venir à bout.

Lui a succédé Didier, président du Forum Citoyen. Il a insisté sur deux des articles de la Déclaration universelle, à savoir l'article 21 « le droit à la démocratie » et l'article 26 « le droit à l'éducation ». Il a réussi à faire rire toute l'assemblée quand il a déclaré que si la Déclaration des droits de l'homme était une personne, elle serait aujourd'hui, à 67 ans, à la retraite et devrait faire un bilan et évaluer la situation.

Il ajouté « s'il est vrai que ces droits ne sont pas vraiment appliqués de nos jours, de bonnes choses se sont quand même produites notamment le droit à l'autodétermination avec l'abolition de la colonisation. »

La dernière oratrice, Mariam, jeune étudiante musulmane a présenté la religion islamique en déclarant "nous sommes tous égaux devant Dieu" ajoutant que sa religion pousse le droit à l'éducation comme l'un des droits les plus importants . Elle a également insisté sur l'égalité et le respect de l'être humain. Se référant au Coran elle a rappelé qu'il est important de "prendre ses distances avec tout ce qui va à l'opposé des écrits » faisant allusion aux récents amalgames liés au terrorisme.

Après une section de questions-réponses, les écrivains en ont profité pour dédicacer leurs ouvrages et les autres pour continuer d' échanger leur point de vue.

Plus d'information sur les droits de l'homme, visitez fr.youthforhumanrights.org

Sur la Scientologie, www.scientologie.fr

Contact Agnes Bron


      Partager Partager