Pourquoi ne le leur avait-on pas dit ?

En étant asservi à la drogue, l'homme renonce à son droit le plus fondamental : le droit de contrôler ses propres actions. *


Bruxelles - Samedi 10 septembre, une équipe de bénévoles de l'association Dites Non à la Drogue a installé dans la Galerie Agora, son stand d'information sur les dangers de la drogue à l'intention du grand public.

Leur objectif : apporter la vérité sur ce qu'est véritablement la drogue et sur ce qu'elle fait: deux informations rarement données aux jeunes ou même à leurs parents, à en juger par ce qu'ils rapportent aux membres de l'association.

Des commerçants de la Galerie ayant déjà eu l'occasion de lire les livrets de prévention "la vérité sur la drogue" ont déclaré qu'ils étaient très bien conçus et aussi très convaincants quant à la dangerosité que représente la consommation de drogues.

“En étant asservi à la drogue, l'homme renonce à son droit le plus fondamental : le droit de contrôler ses propres actions” Dr. Manuel Pinto Coelho*

A part les dealers ou ceux qui ont pour objectif la destruction méthodique du tissu social et moral d'une nation, peu de personnes sensées feront la promotion de la consommation de drogues.

Jugez par vous même, en écoutant les témoignages d'anciens consommateurs qui ont pu se sortir de l'enfer des drogues : www.ditesnonaladrogue.be

L'humaniste Ron Hubbard disait à juste titre que “l'élément le plus destructeur de notre civilisation actuelle est la drogue”.

Références:
(*) Dr. Manuel Pinto Coelho, Président de l'association "Portugal Sans Drogue" et Représentant national de Drug Watch International.

 


      Partager Partager